Subscribe to Tagtélé

Notre blogue TagTélé

Archives pour octobre, 2010

3 jours sans la technologie

Une expérience a été réalisé avec 270 élèves de secondaire 5. Ils ont accepté de passer 3 journées complètes sans avoir à faire avec leurs bidules technologiques favoris, soit ordinateur, portable, téléviseur, cellulaire, iPod, Facebook, etc. D’apparence banale, cet exercice est une épreuve de taille pour la plupart des jeunes puisque ceux-ci sont devenus accros à la technologie. À la moindre occasion, ils textent à leurs amis ou prennent leur cellulaire. Ces habitudes ont transformé la façon qu’ils entretiennent leurs relations entre eux. Pour ajouter à la difficulté, les jeunes devaient rester simple: pas de maquillage ni de vêtements spéciaux. La simplicité dans tout.

À l’issue de ces 3 jours,  voici les propos recueillis. Ils méritent d’être considérés avec sérieux.

Valérie : – «Je ne pensais pas pouvoir venir à l’école sans maquillage. Mais je l’ai fait. Je remarque que tout le monde a ses petits défauts et j’ai appris à m’apprécier plus, raconte la jolie brunette. J’ai trouvé le monde beau. Même en pyjama! On était vraiment plus naturels.»

Arianne : – «On dirait qu’on est plus proches depuis qu’on n’a plus de cellulaire. Quand quelqu’un parle, tout le monde l’écoute. Personne ne texte un ami ou ne parle au téléphone. Quand on texte, on n’est pas aussi présent pour les gens autour de soi. Sans cellulaire, on a le temps d’écouter.»

Elle rajoute qu’elle profitait du fait qu’elle n’avait «rien à faire le soir» parce qu’elle «ne pouvait pas aller sur Facebook ni regarder la télé» pour aller souper chez sa grand-mère. «Ça faisait vraiment longtemps que je n’avais pas fait ça! J’ai étudié aussi. Mais le temps était long. La technologie nous permet de nous divertir.»

Isabelle : – «Quand je reviens de l’école, ma mère me demande tout le temps comment a été ma journée. Je réponds toujours: « Bien. » Et je vais à l’ordinateur sur Facebook. Mais là, j’ai pris le temps de m’asseoir avec elle et de jaser. J’ai ri avec ma mère. J’ai joué aux cartes avec elle. Ça faisait tellement longtemps qu’elle pleurait presque tellement elle était émue.»

Catherine : – «Moi, j’ai pris le temps de parler à ma soeur. J’ai pris de ses nouvelles. Je lui ai demandé comment ça allait à l’école. Dans la vie normale, on ne prend pas assez le temps de se rendre compte de ce qu’on a autour de nous».

Sandrine : – «Je suis toujours en train de texter mes amis pour leur dire ce qui m’arrive. Mais là, ce matin, j’ai raté l’autobus et je ne pouvais pas le texter à personne! raconte-t-elle. On dirait que j’ai besoin de dire en tout temps ce qui m’arrive à toutes mes amies.»

Après l’expérience, plusieurs des jeunes avouaient avoir le besoin d’aller sur Facebook, d’ouvrir leur cellulaire ou de texter à des amis. Certains disent avoir trouvé le temps long, mais d’autres ont remarqué que cette grande place que prend la technologie dans leur vie nuisait à leurs rapports avec leurs proches.

Les enseignants interrogés ont remarqué que les travaux scolaires que les élèves ont fait durant cette période étaient manifestement mieux faits que lorsqu’ils (les jeunes) sont distraits par la techno.

La conclusion est que malgré son utilité, la technologie a tendance, chez les jeunes à être une distraction et à nuire à leurs rapports sociaux. Cela semble contradictoire, n’est-ce pas, puisque ce sont des outils supposés satisfaire des besoins de socialiser.

Sources: Cyberpresse

Aucun commentaire
Mots clés: , , , , , , , , ,

La génération Y

Les 20 à 30 ans entrant sur le marché du travail, sont surnommés «génération Y». Enfants rois devenus adultes, égocentriques, qui veulent tout, tout de suite et pensent tout savoir, tels sont les propos de l’auteur et conférencier en ressources humaines Stéphane Simard.

Un documentaire en trois parties (Y mode d’emploi) diffusé à Canal Vie traite du phénomène au travers 3 grands thèmes: le travail; les amours; les amis et la famille. 6 jeunes ont été suivis dans leur train train quotidien par la réalisatrice Eza Paventi afin de recueillir leurs opinion à propos d’eux et des générations les précédant.

On y entend parler de la sexualité débridée qui est un haut lieu de cette génération. Est-ce le résultat de l’accès facile à la pornographie et les images à caractère sexuel qui sont devenus monnaie courante? Est-ce le «sexe libre» des baby boomer qui a mené à cet avènement?

L’impatience est un autre trait caractéristique de la génération Y. Combien ont eu l’habitude d’être gâtés et récompensés par leurs parents sans avoir pourtant fourni le moindre effort justifiant une récompense? Souvent baveux et égoïstes, les composants de cette génération agissent plus souvent qu’autrement en bébés gâtés plutôt qu’en individus responsables.

La génération Y a t-elle une conscience écologique? Oui, mais contradictoire puisque ces jeunes consomment de plus en plus de bien matériels.

Une autre série documentaire de 3 épisodes intitulée Phénomène Tanguy suivra à partir du 16 novembre, sur Canal Vie. La série est de Jean-Louis Côté et s’intéressera à ces jeunes qui collent au nid familial.

Aucun commentaire
Mots clés: , , , ,

la chatte à la poubelle

Un tollé a récemment eu lieu sur  Facebook concernant cette dame d’une quarantaine d’années qui avait été filmée à son insu, à jeter une chatte (nommée Lola) aux ordures après l’avoir caressée.

Sur le réseau Facebook, on pouvait lire des menaces de mort à l’endroit de cette dame, qui a été condamnée, mardi 19 octobre 2010, à une amende de 250 livres (404 $ canadiens). Mary Bale avait plaidé coupable du chef d’inculpation d’avoir infligé «des souffrances à un animal» devant un tribunal de Coventry (centre de l’Angleterre), sa ville de résidence.

La dame se justifiait d’avoir voulu faire une «blague», disant ne pas comprendre toute cette réactions mondiale face à son geste. «C’est juste une chatte», expliquait-elle.

La juge Caroline Goulborn a justifié la relative clémence de la sentence au fait que l’animal n’a pas été blessé et que la dame a déjà été «punie» par l’opinion publique.

La chatte a été récupérée 15 heures après le geste. Ses miaulements en provenance de la bine à déchets ont attiré ses propriétaires partis à sa recherche.

Aucun commentaire
Mots clés: , , , ,

Vous avez déjà entendu parler de menaces faites à des individus via Internet, que ce soit par l’entremise de courriel, ou via certains réseaux sociaux? Peut-être avez-vous déjà vous-mêmes été visés par des propos haineux tenus contre vous, ou est-ce que des informations que vous gardez secrète sont révélées à votre insu, vous recevez des menaces de mort, ou êtes la proie de harcèlement à caractère sexuel? Le web est une porte d’entrée facile à franchir pour les arnaqueurs et autres individus mal intentionnés. Mais il existe des moyens mis à votre disposition pour y faire face et dénoncer les malfaiteurs.

Sur le site de la Sûreté du Québec se trouvent beaucoup d’information sur la cybercriminalité.

Extrait:

Qu’est-ce qu’un cybercrime?

Un cybercrime est un crime dont :

Usages illicites

Principaux cybercrimes pouvant faire l’objet d’une enquête de la Sûreté du Québec

Crimes contre la personne

Crimes économiques

Crimes contre la propriété

Si vous croyez être une victime de cybercriminalité mais n’en êtes pas certains, des questions y figurent afin de définir si oui ou non vous l’êtes bel et bien. Le test ici: test «Êtes-vous à risque?»

Pour porter plainte, voici tout ce dont vous avez besoin de savoir comme informations: http://www.sq.gouv.qc.ca/cybercriminalite/portez-plainte/portez-plainte-securite-internet.jsp

Aucun commentaire
Mots clés: , , , ,

 
...