Courriel Pinterest Tumblr Stumbleupon Digg Delicious Reddit

Intégrer: 123
Lien:

Éducation

44 vues

Sorcières et inquisition.

Publiée le 30 septembre 2014 à historique à 256 vidéos S'abonner à la chaîne

La chasse aux sorcières est la poursuite, la persécution et la condamnation de personnes accusées de pratiquer la sorcellerie. Elle se rencontre à toutes les époques et dans toutes les grandes civilisations, mais ce mouvement connait son apogée des années 1560-1580 aux années 1620-1630 en Europe jusqu'à sa remise en cause progressive par le christianisme, puis par la culture scientifique et technologique.La croyance à la sorcellerie ne peut se comprendre qu'en se replongeant dans les mentalités anciennes. Dans ce contexte culturel, la nature est peuplée de forces surnaturelles. Un humain peut, par divers procédés (invocations, rituels), les mettre temporairement à son service pour faire le bien ou le mal. Dans ce dernier cas, le "sorcier" supposé est perçu comme n'importe quel criminel, donc poursuivi et condamné comme tel. Le plus souvent, il ne s'agit pas d'un procès devant un tribunal, mais simplement d'une vengeance collective, d'un lynchage populaire. Dans l'Europe païenne de jadis, comme dans le Moyen Âge chrétien, il suffit parfois qu'une personne tombe malade, qu'une grange brûle ou qu'une vache meure sans cause apparente, pour que la communauté villageoise désigne un coupable que son comportement ou sa marginalité a rendu suspect – souvent un berger (qui vit à l'écart), ou le meunier ou parfois un prêtre. On le violente, on le soumet à une "ordalie", on le tue sommairement par bastonnade, noyade ou pendaison – rarement par le bûcher1.

Cette chasse aux sorcières fait parfois intervenir la justice criminelle. Placée devant de tels débordements de "justice populaire", les autorités ont toujours le réflexe de les contrôler. En fonction des rapports de force (existence ou non d'un état central puissant…), soit elles ont fait la "part du feu" (c'est le cas de le dire), soit elles ont réprimé la chasse aux sorciers2. La véritable épidémie de chasse aux sorciers qui a touché certaines régions d'Allemagne à la Renaissance n'a pratiquement pas touché les états catholiques d'Espagne et d'Italie. L'inquisition s'occupait de pourchasser l'hérésie, c'est-à-dire l'erreur en matière de doctrine religieuse, mais ne s'intéressait guère à la sorcellerie qui relevait, soit des tribunaux civils, soit de l'évangélisation par le prêche. On a pu dire que, plus on était près de Rome, moins il y avait de bûchers.

Le christianisme a généralement estimé qu'il s'agissait d'une superstition païenne, car dans sa doctrine aucun être humain n'a le pouvoir de commander aux démons. D'où l'interdiction de la répression de la sorcellerie par l’Église catholique3. L'Église a changé d'avis sur ce point à la fin du Moyen Âge, avant de revenir à sa doctrine initiale. En conjonction avec l'évolution des juristes, ce mouvement aboutit au début du xviie siècle à faire interdire par le Parlement de Paris toute forme de répression de la sorcellerie.

Des chasses aux sorciers ont eu lieu en Europe avec des hauts et des bas jusqu’à la fin du xviiie siècle, principalement entre 1580 et 1630, faisant au total à travers les siècles un nombre considérable de victimes, qui reste cependant très difficile à estimer puisqu'on a peu de traces écrites des lynchages spontanés. Certains historiens l'évaluent entre 40 000 et 100 000. Ce qui représente en moyenne quelques individus par an, dans un pays comme la France, avec des flambées temporaires en Lorraine ou dans le Bordelais vers 1600.

La dernière sorcière à être condamnée en Europe fut Anna Göldin, en 1782 dans le canton protestant de Glaris, Suisse4. Cette pratique a encore lieu dans certains pays d'Afrique et du Moyen-Orient appliquant la Sharia qui interdit la sorcellerie, la magie noire, ou la prédiction de l'avenir, pratiques considérées comme polythéistes.

Si, historiquement, ce sont bien de prétendues pratiques magiques qui étaient visées, l'expression « chasse aux sorcières », dans son acception contemporaine, a adopté un sens plus figuré. Elle est utilisée aujourd’hui pour désigner la persécution de personnes au sein d’une société à cause de leurs opinions ou de leur appartenance à un groupe. L'exemple le plus connu de cet emploi actuel vise le maccarthisme aux États-Unis, pour dénoncer la croisade anticommuniste du sénateur américain MacCarthy. L'expression « chasse aux sorcières » a ici une valeur polémique : on fait référence à un danger imaginaire (les "sorcières") et à une peur irrationnelle, pour dénoncer la lutte contre la propagande et l'espionnage soviétiques, qui eux étaient bien réels.

sorcièresetinquisitiondocumentairemedievalhistoirehistorique

Suggestions

Charger plus de vidéo