Courriel Pinterest Tumblr Stumbleupon Digg Delicious Reddit

Intégrer: 123
Lien:

Nouvelles & politique

3,485 vues

Demain nous appartient - 1976 - Stéphane Venne

Publiée le 1 mai 2012 à emer à 76 vidéos S'abonner à la chaîne

Demain nous appartient: Stéphane Venne

Demain nous appartient: Stéphane Venne

Gens des terres et des villes
Revenez chez vous
Car vos terres et vos villes
Ont besoin de vous
Ensemble on peut le faire
Le pays qu'il nous faut
Grand comme le grand air
Et fort comme l'eau
Les années de silence
On les remplacera
Par des chants et des danses
Qu'on s'inventera
Le temps de l'impuissance
Ne reviendra jamais
Car notre temps commence
Aujourd'hui pour vrai
À partir d'aujourd'hui
Demain nous appartient
À partir d'aujourd'hui
Si vraiment on y tient
Il naîtra de nos âmes
Le pays qu'il nous faut
Il naîtra de nos âmes
Et il sera beau
Aussi bon que la terre
Aussi fort que les bois
Il sera comme nos pères
Espéraient qu'il soit
Nous disons à nos pères
Que rien ne fut en vain
Et qu'ils n'ont pas naguère
Travaillé pour rien
Car aujourd'hui on le fait
Le temps qui s'en vient
C'est aujourd'hui que
Demain nous appartient
À partir d'aujourd'hui
Demain nous appartient
À partir d'aujourd'hui
Si vraiment on y tient
-------------------------------------------------

Vous connaissez Stéphane Venne, l'auteur-compositeur de la chansons... Un jour le Mouvement Desjardins lui commande une toune publicitaire et Venne compose un truc qui disait: «À partir d'aujourd'hui, demain nous appartient.» La toune est refusée, elle ne plaisait pas, trop ceci, trop cela.

Quelques mois plus tard, à l'occasion des élections provinciales (celles de 76), le PQ commande une toune à Venne pour sa campagne radio-télé. Venne sort de son tiroir la toune refusée par Desjardins. «À partir d'aujourd'hui, demain nous appartient.» Ça pogne. La toune est jouée un peu partout dans les assemblées du PQ. Qui, soit dit en passant, a été élu.

Le temps passe. Un matin, coup de téléphone affolé d'un proche du premier ministre: «M. Venne, allez donc lire l'article de Mordecai Richler dans The Atlantic Monthly»...

Dans son article M. Richler rapportait à ses lecteurs que le soir de la victoire du PQ, les jeunes partisans chantaient «Tomorrow belongs to me... the chilling Hitler Youth song from Cabaret»...

Oh tabarnak! se dit Venne, me voilà dans de beaux draps. Aurais-je plagié inconsciemment? Fonce chez son disquaire. Achète Cabaret. Écoute la toune en question. Sont cons ou quoi? Rien à voir. Ni dans les paroles ni dans la musique. RIEN À VOIR DU TOUT. Sauf le titre. Plus encore, la toune du film n'est pas d'époque, les jeunesses hitlériennes n'ont jamais chanté ça, pour la bonne raison qu'elle a été composée expressément pour le film. On est doublement en pleine fiction.

Cela n'a pas empêché Mordecai de répéter son histoire en entrevue à CBC. Et la revue américaine Commentary, dans un grand article sur l'antisémitisme québécois signé de deux profs de McGill, Ruth Wiss et Irwin Cultler, de rapporter cette même affaire de «Nazi party song from Cabaret that was unfortunately been adopted as a French Canadian nationalist anthem». Venne leur a envoyé sa toune et la toune de Cabaret pour fin de comparaison, les profs ont répondu qu'ils maintenaient leurs conclusions.


Pierre Foglia

La Presse

Samedi 16 décembre 2000

archives.vigile.net

Vous pouvez prendre connaissance du texte dans son intégralité en cliquant sur le lien suivant:


http://archives.vigile.net/ds-michaud/docs/00-12-16-foglia.html

Info:http://monsieurjeff.ca/crbst_33.html


politiquedemainnousappartientstéphanevennepartiquébecoissouverain

Suggestions

Charger plus de vidéo