Courriel Pinterest Tumblr Stumbleupon Digg Delicious Reddit

Intégrer: 123
Lien:

Nouvelles & politique

1,507 vues

Médaille Bene merenti de Patria à M Marcel Masse 2

Publiée le 24 juillet 2012 à Balzac à 345 vidéos S'abonner à la chaîne

Allocution de M Marcel Masse. À l’occasion du 45e anniversaire du « Vive le Québec libre ! » du général Charles de Gaulle, la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal remet la médaille Bene merenti de Patria à monsieur Marcel Masse


Le président général de la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB) de Montréal, Mario Beaulieu, annonce avec une grande fierté que la médaille Bene Merenti de Patria sera remise à monsieur Marcel Masse pour l’ensemble de ses accomplissements et des services qu’il a rendus au Québec. M. Marcel Masse fut présent aux côtés du Général de Gaulle tout au long de son séjour en 1967 à titre de ministre d'État à l'Éducation et de ministre délégué auprès des chefs d’État.

La Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal invite les citoyens à venir déposer des fleurs au pied du monument « Vive le Québec libre » de Charles de Gaulle à compter de 9 h, le mardi 24 juillet prochain. Une conférence de presse aura lieu à 11 h à la maison Ludger-Duverner où prendront également la parole les historiens Denis Vaugeois et Robert Comeau.


Le mardi 24 juillet 2012 à 11 h
SSJB de Montréal
82 rue Sherbrooke Ouest

Né à Saint-Jean-de-Matha en 1936, Marcel Masse a œuvré tant sur la scène politique fédérale que québécoise. Élu comme député de l’Union nationale en 1966, il occupa les postes de ministre d'État à l'Éducation, à la Fonction publique et à l'Office de développement de l'Est-du-Québec. Il fut ensuite ministre des Affaires intergouvernementales, avant de siéger comme député indépendant de 1970 à 1973. De 1984 à 1993, il fut élu sous la bannière du parti progressiste-conservateur et occupa plusieurs postes dont celui de ministre des Communications. C’est à la suite à l’échec de l’accord du lac Meech que monsieur Masse décida de ne pas se représenter aux élections de 1993.

En 1995, il fut vice-président de la Commission nationale sur l’avenir du Québec et président du comité régional de Montréal pour le OUI lors de la campagne référendaire. La même année, il fut nommé à la tête de l’Office québécois de la langue française, emploi qu’il n’occupa que pour une courte période avant de devenir délégué du Québec en France de 1996 à 1997. Entre 1997 et 2000, il fut président de la commission des biens culturels du Québec.

Nommé officier de l'Ordre national du Québec en 1995, officier de la Légion d'honneur de France en 1999, cet historien a été fait commandeur de l'Ordre des Palmes académiques pour sa contribution à la défense de la langue et de la culture françaises. Parmi toutes les initiatives qu’il a lancées, citons la commission franco-québécoise sur les lieux de mémoire communs, qui répertorie et met en valeur les lieux témoignant de la présence française en Amérique, et l'Encyclopédie du patrimoine français de l'Amérique du Nord. Pour lui : « La coopération France-Québec est de l’oxygène nécessaire au maintien et au développement d’une nation de langue française en Amérique du Nord et cela ne peut se réaliser qu’avec une adhésion éclairée et forte de la population.

marcelmassessjbdegaule

Suggestions

Charger plus de vidéo